Au comptoir numérique

En balade au comptoir numérique de Saint Étienne pour l’OpenWeek#2, sous la casquette Coroutine et Catalyst… Mission : réfléchir et écrire autour des livrets de code source des espaces de coworking et tiers-lieux ! Et puis forcément, un peu d’espionnage industriel comme d’habitude, pour honteusement voler leurs méthodes d’animation, leurs bonnes idées d’aménagement et j’en passe (merci !) :-)

 

En tout cas, ici, c’est vraiment excellent, que ce soit humainement, sur l’aspect projet ou expérimentation : si vous passez dans le coin, allez au moins y traîner quelques heures, cet espace est pour moi une référence incontournable en ce moment !

 

De nouveaux jouets ouverts et créatifs pour 2012

Voici, en ce début d’année, quelques nouvelles machines inspirantes et ouvertes pour nos tiers-lieux (hackerspaces, fablabs, coworkings, …) : de nouvelles possibilités pour nos projets créatifs !

PrintrBot

Tout d’abord, la printrbot, nouvelle RepRap, c’est-à-dire imprimante 3d réplicable, née sous l’impulsion de Brook Drumm, dont le but était de créer une nouvelle imprimante plus facile à monter et moins coûteuse, tout en fournissant au moins de la même qualité que ses concurrentes. Mission accomplie pour Brook, qui a sorti une imprimante montable en quelques heures, qui coûte un peu moins de $500 ( ~400€ ) et qui peut se construire sous deux formes : une taille standard et une version large.

Pour la petite anecdote, Brook avait démarré le projet sur Kickstarter avec le slogan “Une imprimante dans chaque foyer et/ou école”, en demandant $25.000. Après la contribution de plus de 1800 personnes, il a obtenu la somme hallucinante de $830.827 soit 3323% de plus que ce qu’il souhaitait initialement. Qui a dit que le financement participatif n’était qu’un doux rêve ?

RaspBerry Pi

Au rayon des ordinateurs innovants, voici la Raspberry Pi, première née d’une fondation anglaise dont le but est de faire un ordinateur au plus bas prix afin de permettre à n’importe quelle école de s’équiper pour apprendre la programmation aux enfants. Bien entendu, avec les caractéristiques proposées (ARM@700Mhz, 256Mo de RAM, Videocore 4GPU capable de décoder du HD, Chip OpenGL ES2.0, Ethernet, Chipset son, … — voir les caractéristiques complètes), il est évident que cette carte sera prise d’assaut par les créatifs pour l’art numérique, la domotique, les pirate-box like, etc, etc. En effet, cet ordinateur fait la taille d’une carte de crédit… et ne coûte que $25 pour la version A et $35 pour la version B (avec Ethernet) ! A ce prix, on avait à peine un Arduino et, en cherchant les mêmes caractéristiques, une BeagleBoard coûte environ $100.

Alors qu’elle n’est pas encore sortie, quelqu’un travaille déjà sur une carte complémentaire, appelée la GertBoard permettant d’exploiter les GPIO présents sur la carte, dans le même esprit que l’Arduino.

Après une phase de bêta et un micro problème, la production vient de commencer, yay ! Par ailleurs, l’équipe avait mis en vente de quelques prototypes sur eBay afin de rembourser en partie les frais engagés. Il sera possible de commander une et une seule Rapsberry par adresse postale d’ici quelques jours/semaines. Comme ils disent “Take a byte” !

Lasersaur

Après les imprimantes 3d, au tour des découpeuses laser de voir leur prix divisé par 60. Autant dire qu’on va la retrouver bientôt dans n’importe quel espace de création et que les designers, artistes et hobbyistes s’en empareront au plus tôt. Le projet est déjà en bêta (91% selon la roadmap) : la commande des kits est pour bientôt !

Le studio à l’origine de cette initiative (Nortd) a promis deux versions : une de 100W pour environ $500 et une de 25W pour moins de $300. Pour info, une telle machine coûte actuellement environ $30.000… Et bien sûr, sur le même principe que les RepRap, cette Lasersaur sera réplicable librement.

Enfin, tout comme la Printrbot (voir plus haut), un appel à la communauté a été fait : un réel succès avec $20,000 récoltés (> 200% financé) ! En attendant la sortie, vous pouvez toujours lire le manuel ou surveiller la barre de progression du projet.

DIY Book Scanning

Enfin, une machine surprenante : un scanner de livres DIY et libre. En fait, il s’agit plus d’une communauté qui travaille autour de cette thématique, mais comme leurs efforts semblent converger, il est tout à fait probable qu’un kit soit bientôt disponible ! Le Model 1 (voir illustration) semble posséder toutes les caractéristiques nécessaires pour permettre l’archivage, l’accessibilité et la diffusion des documents et livres papiers au plus grand nombre d’entre nous. Ils disent même qu’on trouve la plupart des pièces dans les poubelles…

Selon les infos et les vidéos, ce scanner serait rapide grâce à deux caméras (1200 pages / heure) et délicat avec le livre. Bon, bien entendu, il faut encore tourner les pages à la main (pour combien de temps ?), ce qui fait une numérisation de 20 minutes par livre en moyenne. N’hésitez pas à jeter un œil à la vidéo d’introduction de ce mouvement et à parcourir le wiki où vous pouvez retrouver les instructions pour faire votre propre scanner ou encore de regarder une présentation faîte dans le cadre de l’Open Hardware Summit.

Happy Hacking en 2012 !

Synching an Arduino with gnome-shell-pomodoro

Having fallen in love with gnome-shell-pomodoro, I’ve stopped using my good old kitchen timer for the pomodoro sessions. The problem is I used to put the timer on top of my screen, so that my coworkers could see when I was available or not. With a software such as gnome-shell-pomodoro, this is of course not possible anymore. And here came the disturbing questions every 3 minutes…

So first, I tried to use both the software and the timer, starting them (almost) together. It was boring, and as you may guess, I stopped doing that after 2 days. I had to find something better, something lazier & a bit more clever. I therefore decided to hook up an Arduino with a flashy, blue, LCD screen to my computer and started hacking a little sketch for it. Then, I modified gnome-shell-pomodoro to send commands to the serial port when changing its state. The result was a simple, yet effective, way to show to my coworkers when I’m available or not… and in how much time they will be able to ask for a question.

Once it was working, and since I don’t like maintaining forks, I asked the upstream if it was a good idea to add support for this into the software directly, through Dbus. The answer was quite positive, so I’ve started working on adding that, wrote a python daemon and published  the arduino sketch into this repository. It’s still very rough, but usable. I’ll enhance the dbus support and usability on both sides during the next weeks, to match my daily usage and make it cleaner.

If anyone’s willing to add support for another software or enhancing the arduino sketch (it really needs a better timer), then please go ! :-)

PulseAudio network transports + Wifi

Now that I have an idea of a cool hardware for listening to music, I’ve been experimenting with pulseaudio network support. Over Wireless.

They are two ways of using pulse for network streaming : RTP and TCP. The first one was a total failure for me (using pulse 1.0). The second, however, was very straightforward to setup and is almost working perfectly. I only get micro-interruptions every 10 seconds. But that’s enough for not being suitable.

First, the upload rate is about 200kb/s, so maybe that’s too much for a cheap wireless card (I’m using the ath9k driver). According to Lennart, the problem is partly due to pulse not compressing streams over the network. One possible solution is to use the CELT codec (from Xiph), which has been designed to produce high fidelity audio with very low latency and power consumption. CELT’s features are the following:

  • Ultra-low latency (typically from 5 to 22.5 ms)
  • Full audio bandwidth (≥20kHz; sample rates from 8 kHz to 48 kHz)
  • A quality/bitrate trade-off competitive with widely used high delay codecs
  • Stereo support
  • Packet loss concealment
  • Constant bit-rates from 32 kbps to 128 kbps and above
  • A fixed-point version of the encoder and decoder (interesting for embedded boards)

Given the random network latencies, I can assume we have around 2ms using a wifi connection, plus pulse and celt, that would be something around 10ms… which would still be pretty ok. Having this would make a close alternative to Apple’s RAOP protocol that uses ALAC. Still, ALAC is lossless while Celt is limited to 128kb. So, FLAC or ALAC itself maybe ? Even if it eats more processing power, for desktop and powerful boards, that would still make sense.

To prevent multiple encodings/decodings, another trick would be to implement a server-side decoding and therefore write module for PA that supports speex, vorbis, etc. But that’s another story.

Second, this could also be a jitter/latency problem. In fact, I’m a bit more convinced this is the real problem. According to Maarten Bosmans, there’s still room for improving these things in the pulse core ; so that’s good news. I don’t understand why my wifi N card, if I’m not doing anything else, wouldn’t be able to keep up with the 200kb/s rate. But that’s only intuition here.

Conclusion: before going further, I’ve to understand first if this is a latency or bandwidth-related problem to pick the right fight.

Interview sur LinuxFR

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de répondre à l’interview sur la thématique de l’entrepreneuriat dans le monde du logiciel libre organisée par Damien. Elle a été publiée ce vendredi sur LinuxFR, vous pouvez la consulter ici.

A travers ce récit, j’ai voulu partager une image différente de la conception répandue de création d’activité. Je ne suis pas patron, je ne suis pas chef d’entreprise : je veux juste pouvoir exercer ma passion, dans des conditions qui me ressemblent, avec les valeurs que j’ai toujours défendues depuis des années. Et c’est grâce à la fois à la CAE Grands Ensemble et à l’espace de travail collaboratif (coworking) La Coroutine qu’aujourd’hui tout ceci est possible.

N’hésitez pas à critiquer cette démarche, à me questionner sur certains choix ou autres, j’y répondrai avec plaisir !

Accès aux données V’Lille (+ API Python)

Bon, c’est bien joli la carte sur le site de Transpole ( http://vlille.fr/stations/les-stations-vlille.aspx ) mais c’est quand même super triste de ne pas pouvoir avoir accès aux données brutes.

En fait, c’est juste très simple, après 1 minute passée à fouiller le javascript. Voici comment faire, le tout servi en XML :

  • Obtenir la liste des stations avec leur ID et emplacement géographique : http://vlille.fr/stations/xml-stations.aspx
  • Obtenir les infos d’une station en particulier : http://vlille.fr/stations/xml-station.aspx?borne=<ID>

Voilà, rien de plus simple… maintenant, à nous de faire voir qu’on peut intelligemment exploiter les données ouvertes :-)

Mise à jour du 19 Septembre : Je viens d’écrire une API Python pour accéder aux Vlilles Vous pouvez la trouver ici : https://github.com/glibersat/python-vlille

Happy Hacking !

Damassama @ Panorama 13

Durant ces dernières semaines, j’ai co-réalisé un projet nommé Damassama, une installation d’art numérique à l’initiative de Léonore Mercier. Le travail s’est réalisé en coopération avec l’équipe de recherche MINT, de l’Ircica. Maintenant que l’installation est terminée, vous pouvez aller l’essayer jusqu’au 24 Juillet au Fresnoy (Tourcoing), durant l’exposition annuelle Panorama (#13 cette année). Petite présentation de cette installation :

Damassama est une installation constituée de deux plans disposés en demi-cercles sur lesquels reposent des bols tibétains. Des marteaux frappent sur ces bols afin de les faire sonner, et ces marteaux sont activés grâce à la gestuelle de votre corps. Vous vous placer au centre de cet amphithéâtre et pour déclencher un bol, il suffit de tendre le bras dans sa direction. Pour faire une montée de gamme, vous pouvez balayer avec vos mains devant vous ou encore lancer vos bras pour un accord. Le tout étant harmonisé sur une gamme orientale, on se prend vite au jeu de créer des atmosphères un peu mystiques !

Côté technique, le seul capteur utilisé est une Kinect. A coup d’OpenNI, Mididings, Jack, Python, C++ et j’en passe, nous avons pu relever le défi de réaliser cette installation complexe, ce qui n’était pas gagné d’avance :-)

Bref, je vous laisse visionner les quelques photos, ça vaudra mieux qu’un long discours…

Qui veut un espace de vie citoyen sur Lille ?

Salut les lillois,

Depuis des mois, quelques hobbyistes souhaitant transformer leur passion en activité “pro” ont décidé de se regrouper au sein d’une structure pour mener leur projet dans des conditions en adéquation avec leurs idées et principes. Cet espace a vu le jour sur Moulins, rue Lamartine (après un bref passage dans les Hauts-Lieux), sous le nom de La Coroutine.

coroutineAu fil des mois, cette structure a pris de l’ampleur, en prenant tout d’abord le label d'”espace de coworking” mais en dépassant de plus en plus ce cadre aujourd’hui. Je m’explique. Dans coworking, il y a working (travailler), ce qui, pour moi, ne décrit plus exhaustivement ce qu’il se passe au sein de ce lieu.

Bien que ce ne soit pas encore réellement le cas, ce lieu devient peu à peu un lieu de sociabilisation, d’échange, de partage, de formation et de détente pour de nombreuses personnes, au sens large. On s’y sent bien, chacun est considéré, l’ouverture est au cœur du bon fonctionnement et, force est de constater, il répond à un besoin évident.

Imaginez, un lieu où en journée, des personnes travaillent, pendant que des étudiants révisent et d’autres dessinent ou bouquinent. Un lieu où il est possible de venir demander conseil pour trouver un emploi ou encore pour se créer son emploi. Et puis, se former par l’échange, discuter ses opinions, s’enrichir. Bien entendu, parlons du soir : animations, conférences, tournois de cartes, club de tricot, concerts ? A vous, les associations, de prendre d’assaut (non, non, il n’y a pas de jeu de mots ;-) ) les soirées libres et de lui donner vie au crépuscule.

Cet objectif n’est pas encore atteint, certainement faute à la configuration du lieu actuel (trop petit). Aussi, nous nous efforçons de remédier à ça en trouvant et en aménagent un nouveau lieu, plus grand, plus sympa, plus à vous. Et  pour ça, il me parait évident que ça n’a de sens que si, vous tous vous l’appropriez, au plus tôt. Alors venez, aidez nous à concrétiser ce rêve qui n’en est pas tant un…

Maçons, architectes, artistes, informaticiens, organisateurs, joueurs de cartes, musiciens, financeurs, détracteurs, hobbyistes, institutionnels, sponsors, couturiers, créatifs de tous bords, motivés, chercheurs, peintres, et qui sais-je encore : nous avons besoin de vous ! Faites en votre lieu, prenez le d’assaut, maintenant !!

Et si vous n’avez pas de temps, vous avez peut-être un peu d’argent pour faire un don sur Ulule.

Sur ce, j’espère sincèrement que l’on prendra un café ensemble au sein de la nouvelle Coroutine :-)

Zen Of Python Poster

The Zen Of Python
The Zen Of Python

I’ve been a long time fan and user of the Python programming language… so I had to show it in the office. I really love the trainspotting-like poster but I wanted also something more zen, something that shows the genius inside this language. Therefore, i’ve just import’d “this” and started to copy and paste some of them in inkscape. Here’s the result. It was never finished, but you know, you’re welcome to send patches :-)

So, here’s the repository, feel free to fork it (CC-BY-SA 3.0) !

https://github.com/glibersat/Zen-Of-Python-Poster

Cheers !

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera