Tag Archives: bière

Chambre de fermentation BrewPi

Depuis quelques mois, je m’intéresse fortement à BrewPi, une solution logicielle et matérielle libre pour fermenter de la bière (et autres). Elle s’appuie sur le Particle Photon pour le contrôle de l’électronique et le Raspberry Pi pour monitorer les différentes chambres.

L’idée est simple. Il s’agit de transformer un réfrigérateur, en prenant le contrôle à l’aide de relais SSR :

  • du compresseur, qui génère du froid ;
  • d’un chauffage (de serre de culture ici)

Cela permet de réguler la température et de générer de belles courbes optimales pour le travail des levures. Même si le système a l’air simple, ça n’est pas si évident : avec l’inertie, les calculs s’avèrent moins triviaux que ce que j’aurais cru et il faut jongler avec 3 sondes de températures qui ne subissent pas les mêmes sources (activité des levures, ambiance et chambre).

Bref, voici donc l’avancement de mon fermenteur que je développe à La Coroutine. C’est presque terminé, il n’y a plus qu’à tout fixer et tester :-)

Prochaine étape : avancer sur un système HERMS (Heat Exchanged Recirculating Mash Systems) le plus automatisé possible… –et si certains sont intéressés, n’hésitez pas à passer voir !

IMG_20150812_134442 IMG_20150813_193112 IMG_20150813_193158 IMG_20150813_193210 IMG_20150814_150449 IMG_20150814_201108 IMG_20150814_201133

La brasserie Terken de Roubaix

Aujourd’hui, nous sommes allés nous balader près du Quai de Gand, à Roubaix. Il y a juste en face un impressionnant bâtiment en cours de démolition, la zone totale s’étendant sur 4 hectares. Il s’agit en fait de la brasserie Terken, celle à l’origine de la fameuse bière Septante 5, maintenant reprise par la brasserie Grain d’Orge. Elle a été à l’origine d’une gamme complète de bières.

Vue densemble
Vue d'ensemble

Cette brasserie a été fondée en 1920, lors de la fusion de 3 brasseries régionales : Union, Alliance Tourquennoise et Jean Ghislain. Elle est alors nommée la GBM (Grande Brasserie Moderne). On peut d’ailleurs apercevoir le sigle gbm sur la façade, en blanc. Elle a cependant été renommée “Terken” en 1989 afin de représenter au mieux son produit phare : la bière Terken.

Sous le statut de SCOP, elle s’est arrêtée en 2004 suite à sa liquidation par le tribunal du commerce de Roubaix-Tourcoing, malgré une tentative de sauvetage par ses employés. Pourtant, elle a fonctionné jusqu’à employer plus de 1000 personnes à sa plus grande époque, la faisant ainsi la plus grande brasserie indépendante française. Si elle n’a pas survécu, c’est principalement du à ses difficultés de reconversion suite à l’arrivée des grandes surfaces dans les années 80, la menant d’échecs en échecs. D’autres diront que des histoires politiques ou magouilles économiques ont eu raison d’elle.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, le site est en cours de démolition par l’EPF (Établissement Public Foncier) depuis février 2010. La brasserie avait été construite sur le site d’une usine à gaz, sans que le sol ait été dépollué. Il y a donc un gros travail de dépollution et désamiantage à finir avant de passer le relai. En parlant de relai, c’est Kipsta, la marque de sports du groupe Oxylane/Décathlon qui reprendra le site en 2012 afin d’en faire son siège mondial. Si Kipsta vient s’installer à cet endroit, ce serait à la fois du à son attachement à la région et par la proximité du CETI (le Centre Européen de Textiles Innovants). Niveau emplois on annonce environ une petite centaine de postes créés…

Toujours est-il que la reconversion totale de la brasserie Terken a démarré et qu’il ne faut pas espérer revoir au moins avant plusieurs centaines d’années une production de produits régionaux sur ce site, dommage !