Tag Archives: coworking

Le Wimilab est né !

img_0001_02Il y a de ça quelques semaines, sous l’impulsion de Pol, membre des  Makers lillois, nous avions dans l’idée de lancer un Camp d’été, où nous pourrions expérimenter autour du Do-it-Yourself. Les délais étaient courts. Très courts. Mais, au lieu de ne rien faire, nous avons préféré lancer quelque chose de très imparfait, très déstructuré. Un événement facebook après, nous avions booké deux semaines pour aller à la rencontre de la nature :-)

Au programme : établir un camp de base puis… faîtes ce que vous voulez, faîtes-vous plaisir ! Dans le même esprit que La Coroutine, nous souhaitions mener cette expérience non pas en imposant des contraintes, mais bien en laissant chacun voguer à ses envies du moment… Il a suffit d’un Kanban pour suivre un peu la fourmilière et ça a largement fonctionné !

Au total : 39 participants, 17 Campeurs pendant ces 16 jours… un pur plaisir.

Parmi les initiatives réalisées, on citera :

  • Construction d’un panneau de ballon d’eau solaire en thermosiphon ;
  • Défrichage du verger ;
  • Construction de toilettes sèches ;
  • Mise en place d’un espace de Coworking ;
  • Création d’un composte ;VJing
  • Construction d’une cabine de douche ;
  • Expérience avec les batteries de terre et les générateurs ;
  • Initiation à l’énergie solaire ;
  • Construction d’un établi 100% récup ;
  • Découverte de l’argile et esquisse d’un four à pain/pizza ;
  • Découverte des arbres et arbustes ;
  • Début de réalisation d’une cabane perchée ;
  • Réflexion sur les buttes de permaculture ;
  • VJ’ing / Mapping !

img_0001

Il était clair que c’était le début d’une nouvelle aventure : celle d’un tiers-lieu auto-géré et auto-financé, mais cette fois-ci, rural. Le WimiLab etait né :

Le projet Wimilab consiste à s’approprier collectivement un espace naturel (un terrain de 1,2 ha boisé mais à l’abandon depuis 15 ans) pour y créer un lieu ouvert à tous et autogéré dédié à :
  • l’auto-fabrication et le design libre avec la mise en place d’un atelier associatif pouvant accueillir en résidence bidouilleurs, artistes, designers pour réaliser des projets open-source ;
  • l’auto-construction écologique et l’autonomie énergétique avec constructions et expérimentations d’habitats légers, confortables, et à faibles emprises (yourtes revisitées, cabanes dans les arbres, etc) ; d’installations pour le retraitement de l’eau, la production de chaleur et d’électricité renouvelables (éoliennes, solaire thermique, systèmes d’isolation avec matériaux à faible impact, etc) ;
  • l’agro-écologie avec la création d’un jardin partagé.
  • (à vous de compléter la liste !)

Nous espérons construire peu à peu une communauté qui saura animer cet espace de manière autonome… alors si vous êtes intéressés, faîtes-le nous savoir ! Nous cherchons aussi des conseils vis à vis des aspects légaux, à bon entendeur…

Intervention au Banquet DIY

Mardi 4 Décembre, j’interviendrai pour La Coroutine à l’Imaginarium, dans le cadre du Banquet DIY.

La table ronde à laquelle je participerai s’intitule “Nouvelles pratiques, Nouveaux lieux“. Une occasion de présenter la démarche “DIY” de La Coroutine, notre vision des tiers-lieux open-source et comment nous voyons ces lieux comme une ébauche très imparfaite d’une transition vers des modes de vies plus durables et de rendre possible des nouvelles manières de vivre sa passion.

L’intervention se fera aux côtés de Blackboxe, un fablab/hackerspace parisien ayant une démarche débrouillarde assez similaire à l’histoire de la Coroutine.

Enfin, Thierry interviendra aussi au matin pour le MeuhLab, dans la table ronde “Do it Yourself et innovation“.

La journée sera ponctuée de performances, concerts et démos et vous pourrez composer votre propre soupe le midi, avec l’aide de Shu Lea Cheang, une artiste taïwanaise qui réalisera une performance culinaire.

Venez nombreux !

Freinet, éducation populaire et coworking ?

C’est amusant. Je suis en train de lire un bouquin sur Célestin Freinet, un éducateur français bien connu pour sa vision différente de l’éducation et voilà qu’au bout de quelques pages, je trouve ceci :

[Ce préambule] familiarisera le lecteur avec la genèse et les principes essentiels d’une pédagogie qui n’est pas sortie tout armée d’une conception théorique de l’éducation, mais qui est le résultat, redisons-le, d’un long tâtonnement expérimental qui s’est poursuivi au long des années. Cette pédagogie, nous n’en avons point fixé les contours une fois pour toute ; nous ne l’avons pas érigée en méthode dont il faudrait suivre les règles et les prescriptions ; nous l’avons découverte et promue, en praticiens conséquents et conscients qui, ayant reconnu les tares graves des pratiques éducatives traditionnelles, leur ont, coopérativement, cherché des remèdes. […]

J’ai tellement reconnu les approches que nous essayons de mettre en place dans ce texte, que je me suis tout de suite prêté à un petit jeu de substitution :

[Ce préambule] familiarisera le lecteur avec la genèse et les principes essentiels d’un mode de travail qui n’est pas sorti tout armée d’une conception historique et désuée, mais qui est le résultat, redisons-le, d’un tâtonnement expérimental qui s’est poursuivi au long des années. Ces modes de travail, nous n’en avons point fixé les contours une fois pour toute ; nous ne les avons pas érigés en méthode dont il faudrait suivre les règles et les prescriptions ; nous les avons découverts et promus, en praticiens conséquents et conscients qui, ayant reconnu les tares graves des pratiques professionnelles traditionnelles, leur ont, coopérativement, cherché des remèdes. […]

Plutôt sympa, non ? :-)

Un petit détour par Wikipedia nous apprend aussi que la Pédagogie Freinet, ce serait :

[..] une pédagogie originale, fondée sur l’expression libre des enfants ; texte libre, dessin libre, correspondance inter-scolaire, imprimerie et journal étudiant, etc., qui se perpétue de nos jours. Célestin Freinet pensait avant tout en termes d’organisation du travail et de coopération.

Alors, nos tiers-lieux et espaces de coworking seraient-ils quelque part des descendants des pratiques Freinet et plus généralement de l’éducation populaire ? J’aime bien l’idée.

Allez, en bonus, une petite perle de rhétorique trouvée chez le même Monsieur :

Lorsqu’on nous demande : Quelle est la ligne de notre Mouvement ?, nous devrions sans doute répondre : Nous sommes le mouvement qui déplace les lignes.

Au comptoir numérique

En balade au comptoir numérique de Saint Étienne pour l’OpenWeek#2, sous la casquette Coroutine et Catalyst… Mission : réfléchir et écrire autour des livrets de code source des espaces de coworking et tiers-lieux ! Et puis forcément, un peu d’espionnage industriel comme d’habitude, pour honteusement voler leurs méthodes d’animation, leurs bonnes idées d’aménagement et j’en passe (merci !) :-)

 

En tout cas, ici, c’est vraiment excellent, que ce soit humainement, sur l’aspect projet ou expérimentation : si vous passez dans le coin, allez au moins y traîner quelques heures, cet espace est pour moi une référence incontournable en ce moment !

 

Interview sur LinuxFR

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de répondre à l’interview sur la thématique de l’entrepreneuriat dans le monde du logiciel libre organisée par Damien. Elle a été publiée ce vendredi sur LinuxFR, vous pouvez la consulter ici.

A travers ce récit, j’ai voulu partager une image différente de la conception répandue de création d’activité. Je ne suis pas patron, je ne suis pas chef d’entreprise : je veux juste pouvoir exercer ma passion, dans des conditions qui me ressemblent, avec les valeurs que j’ai toujours défendues depuis des années. Et c’est grâce à la fois à la CAE Grands Ensemble et à l’espace de travail collaboratif (coworking) La Coroutine qu’aujourd’hui tout ceci est possible.

N’hésitez pas à critiquer cette démarche, à me questionner sur certains choix ou autres, j’y répondrai avec plaisir !